Eté 2009 : la Loire à Vélo

 


Itinéraire :

Départ Nevers.

Arrivée Le Croisic

5 personnes : 2 adultes et 3 enfants (10, 13 et 15 ans)

Hébergement en camping.


Généralités :

L’itinéraire balisé commence vraiment à Jargeau : avant, il y a des interruptions dans le jalonnement.

Globalement agréable, majoritairement sur des petites routes peu fréquentées. Quelques voies vertes (à noter : nous n’avons aperçu qu’un seul panneau « voie verte »-à Orléans) et pistes cyclables, trop de chemins en mauvais état, très peu de grosses routes.

Le balisage a un peu tendance à faire du « coûte que coûte » : plutôt des détours peu intéressants ou des chemins impraticables que des routes un peu fréquentées. On pourrait préférer l’honnêteté (absence de balisage quand l’itinéraire n’est pas encore correct), ou, au minimum, une mise en garde (et une alternative) pour les mauvais chemins.


Département par département :

.Nièvre : itinéraire inexistant.

.Cher : itinéraire en construction. Sur les portions existantes, le balisage est excellent, le revêtement souvent trop moyen (graviers) sur les pistes et voies vertes.

.Loiret : balisage à peu près continu mais aménagement très disparates : parfois très bons (est d’Orléans), souvent moyen et parfois beaucoup trop mauvais (chemins de cailloux)

.Loir et Cher : balisage continu et  itinéraire globalement bon, parfois excellent.

.Indre et Loire : balisage continu et itinéraire globalement bon, parfois excellent. Un début de prise en compte du vélo autour de l’itinéraire (« Pays des châteaux »)

.Maine et Loire : balisage presque continu mais parfois peu lisible, itinéraire irrégulier : des passages excellents, des passages très mauvais.

.Loire-Atlantique : balisage continu et itinéraire globalement moyen, parfois très mauvais.


S’il fallait donner une note sur 20 :

Nièvre 0, Loiret 5, Loire Atlantique 9,5, Cher 13, Maine et Loire 14, Loir et Cher 16, Indre et Loire 17.


Balisage :

Très bien fait et visible quand il existe, souvent récent (il faudra voir si l’entretien suit, cf. quelques panneaux disparus). Recours à la carte peu nécessaire, sauf en ville.

Mention des directions trop irrégulière (pas toujours de suivi dans les villes mentionnées), et surtout indications de distances trop fantaisistes.


Cartes et Guides :

Guides pas indispensables si on a la carte Huber : mieux vaut un bon guide touristique en complément.

Carte Huber suffisante lorsque le parcours est indiqué, mais imprécise si on cherche à s’éloigner du parcours. Des erreurs (types de voie, revêtement, tracé, noms…)

On trouve difficilement l’info sur le parcours. Les offices du tourisme importants vendent souvent les seules cartes Huber de leur secteur.


Revêtement : globalement correct mais des portions de chemins très mauvais.


Intérêt touristique : parcours pas monotone. Traversées de villes, châteaux… Bien adapté aux familles et pour une première expérience de cyclotourisme.


Services :

Peu de points d’eau et de toilettes, malgré des efforts locaux ponctuels.

Campings en nombre suffisant.

Vélocistes pas très nombreux.

Nous avons laissé la voiture au camping de Nevers (2,50 €/jour) puis au camping Le Moulin Fort de  Francueil (2 €/jour)


Barrières :

Peu de barrières gênantes pour les remorques, tandems et tricycles. Les régions « les plus avancées » ont commencé à les supprimer complètement : un exemple à suivre !


Vent : tous les jours de face, et souvent fort  pendant notre parcours... Cependant, nous n’avons  pas regretté : n’en déplaise aux Nivernais, il est plus valorisant d’arriver à l’océan qu’à Nevers (à moins de poursuivre jusqu’au Mont Gerbier de Jonc...)


Pas de « cyclabilité »  hors parcours, en ville en particulier : c’est le point essentiel qui différencie ce parcours de ses homologues allemands ou suisses. On se retrouve vite sur des routes importantes, dans des sens interdits, sans stationnement adapté…


Détail au jour le jour :


.Mercredi 8 juillet

Nevers-La Charité sur Loire 45 km.

Camping correct à Nevers 22,96 €

Voie verte le long du canal latéral. Aucune indication pour y parvenir (rue de la Jonction, rive gauche de la Loire, près du camping et de la piscine). Sur la Voie verte, mentions locales uniquement (Bec d’Allier, Le Guétin) : aucune référence à LAV ou EV6.

Revêtement correct (bicouche).

Passage sur le pont canal du Guétin et fin des indications.

On suit la route en bord de Loire qui devient un chemin difficilement praticable. On rejoint la route après Cuffy (La Presle). Huber mentionne le chemin de halage du canal sur cette portion mais il est interdit à tous véhicules, enherbé et étroit.

On suit la route par Cours les Barres (bancs et toilettes –douches !- derrière la mairie, au-dessus du canal, pas indiqués…), Marseilles les Aubigny : port et péniches.

Camping La Charité sur Loire : cher (32,10 €). Situé sur l’île, et non près de la gare comme le prétend Huber.


.Jeudi 9 juillet

La Charité sur Loire-Saint Satur 32 km.

Aller-retour Saint Satur-Sancerres 11 km.

L’itinéraire est en travaux jusqu’à Couargues (au niveau du pont vers Pouilly sur Loire) et devrait être terminé à la fin de l’été : piste cyclable en bord de route puis voie verte après Passy.

Le jalonnement commence au niveau du carrefour vers Pouilly sur Loire : petite route et voie verte (revêtement moyen, graviers) jusqu’à Saint Satur. Jalonnement récent sur cette portion, qui présente une spécificité intéressante : la mention des communes traversées, ce qui permet de se situer précisément.

Pas d’indication spécifique pour rejoindre Sancerre autrement que sur la grosse D 955 : dommage.

Camping Saint Satur : correct (17,50 €)


Vendredi 10 juillet

Saint Satur-Gien 70 km.

Jalonnement incomplet pour quitter Saint Satur (tracé de la carte Huber faux) et rejoindre le canal latéral. Barrière difficilement franchissable.

Voie verte le long du canal : revêtement moyen (graviers). Interruption pour la traversée de Bannay (on peut éviter de suivre le balisage et emprunter la D955 qui contourne le village « à plat »). Le revêtement est un peu meilleur ensuite, jusqu’au carrefour avec la route de Cosne.

Mauvaise piste gravillonnée en bord de route (nous ne l’avons pas prise), puis petite route, puis chemin de plus en plus étroit et mauvais vers la centrale de Belleville, dont le contournement s’avère fastidieux.

A Belleville, on traverse le canal (carte Huber fausse) pour tourner tout de suite après derrière la mairie (forte pente et chemin étroit)… Et le balisage s’arrête !

On prend la route jusqu’à Maimbray (Loiret), où l’on retrouve l’itinéraire perdu, qui suivait le canal sur un chemin gravillonné. Il emprunte alors une petite route, puis, en bord de Loire, un chemin de cailloux très cassant jusqu’au pont de Bonny sur Loire : c’est long et ça met de mauvaise humeur ! Passage à éviter tant que le revêtement n’aura pas été amélioré ! Tables de pique-nique sur le terrain de foot avant le pont de Bonny sur Loire.

Très belle petite route ensuite entre Bonny et Ousson (erreur carte Huber) où nous perdons à nouveau le fil,  ayant cru comprendre qu’il fallait traverser la Loire.

On reste sur la rive gauche, par Châtillon, et on retrouve des panneaux incompréhensibles (« vers la Loire à vélo », « circuit vélo » : pour aller où ??) au niveau du pont-canal de Briare.

On essaie de rejoindre Gien en suivant le tracé de la carte Huber, qui correspond en partie à des balisages de circuits locaux, mais nous ne retrouvons pas de « Loire à vélo » de Saint Brisson à Poilly lez Gien en passant par Saint Martin sur Ocre.

Camping correct à Poilly lez Gien (29 €).

La circulation à vélo à Gien n’est pas facile : beaucoup de sens interdits.


Samedi 11 juillet

Gien-Jargeau 66 km.

Belle route puis mauvais chemin après Poilly lez Gien. On retrouve une meilleure route avant St Gondon, on passe par St Florent , St Aignan et Sully sur Loire (pas de piste sur le pont : la carte Huber est fausse)

L’itinéraire indiqué comme « futur » sur la carte en bord de Loire existe et correspond au balisage. Le revêtement est correct sauf à l’entrée de Saint Benoît. Le balisage nous abandonne au lieu-dit Le Mesnil et nous rejoignons péniblement Châteauneuf par un mauvais chemin étroit : passage avec remorque et tricycle délicat, voire dangereux  par endroits : à déconseiller !

Le balisage reprend après la traversée du pont , et la route est correcte, sauf à l’entrée de Jargeau où l’on est censé emprunter quelques mètres de trottoir avant un chemin pavé à pic vers la Loire : nous avons préféré continuer vers le centre et le camping (correct, 20,95 €)


Dimanche 12 juillet

Jargeau-Beaugency 59 km

La route est tranquille. Elle devient très agréable à l’approche d’Orléans, sur une belle voie verte. On accède facilement jusqu’à la sortie du pont rive droite, mais le balisage  s’interrompt (il semble pensé uniquement pour le sens ouest-est, et vers la gare, mais pas vers le centre), et  nous jonglons avec  les sens interdits pour rejoindre la cathédrale.

Plus loin, nous retrouvons une belle voie verte en bord de Loire, un passage original mais étroit à St Hilaire St Mesmin, puis un chemin très difficile avant Meung sur Loire (déconseillé aux remorques. !). Un autre passage délicat, mais plus court, nous attend avant Beaugency.

Camping bien situé, mais sanitaires sales (13,60 €)


Le vélo le plus chargé (remorque) n’a pas apprécié la succession de chemins dégradés dans le Loiret. Il a besoin d’une réparation pour continuer, et la pièce (écrou d’axe de roue SRAM) est introuvable d’Orléans à Tours. Il faut aller la chercher à La Bohalle, près d’Angers (chez Cycle Zen, merci à J.J. Duprat grâce à qui nous avons pu poursuivre), ce qui impose  un arrêt technique et une modification du programme : on va rechercher la voiture, et les adultes se relaieront pour transporter le vélo malade jusqu’à la réouverture, le 15 juillet, du vélociste le mieux fourni de l’ouest ( !)


Lundi 13 juillet

Beaugency-Nevers en train

Nevers-Beaugency en voiture


Mardi 14 juillet

Beaugency-Candé sur Beuvron 65 km.

Très bel itinéraire jusqu’à Blois, par Chambord. Une des plus belles journées du parcours, malgré une portion de chemin moyen vers Vineuil.

Après Blois,  le balisage est moins bon. Quelques chemins.

Camping correct mais cher (37,60 €)


Mercredi 15 juillet

Candé-La Bohalle-Francueil/Chenonceaux pour l’un

Candé-Francueil/Chenonceaux pour les autres , environ 40 km hors « Loire à vélo et non balisé.

Camping bien mais cher (36 €).


Jeudi 16 juillet

Francueil-Savonnières 60 km

Route jusqu’à Montlouis (par Saint Martin le Beau, bonjour Gérard !), où l’on retrouve l’itinéraire balisé, correct jusqu’à Tours, malgré des panneaux mensongers faisant miroiter aire de pique-nique et point de vue…

Balisage dans Tours perfectible.

Sortie de Tours très agréable, puis bel itinéraire jusqu’à Savonnières.

Camping correct (18,60 €).


Vendredi 17 juillet

Savonnières-Azay le Rideau 20 km.

Cale délicate (pavés) à Savonnières et revêtement moyen jusqu’à Villandry.

Parcours hors « Loire à vélo » ensuite, balisé sur de petites routes sans problème.

Camping correct (17,50 €)


Samedi 18 juillet

Azay le Rideau-Saumur 65 km.

On retrouve la « Loire à vélo » à Bréhémont. Passage sur un chemin moyen avant Avoine.  Aire de pique-nique aménagée à Savigny en Véron mais les toilettes sont fermées.

On passe dans le Maine et Loire à Montsoreau, et c’est moins bien. Pour éviter la route principale, l’itinéraire monte dans les vignes par de petites routes (nous avons préféré la route principale), avant de suivre des chemins au revêtement très moyen en bord de Loire. A l’Office du Tourisme de Saumur, nous croisons des Suisses en colère : ils ont assez vu de chemins de cailloux et d’itinéraire fantôme (absence totale d’itinéraire balisé  sur l’Eurovéloroute 6 entre Châlons sur Saône et Pouilly sur Loire), l’année prochaine ils retourneront en Autriche : là-bas, la publicité n’est pas mensongère, l’itinéraire existe et il est de bonne qualité.

Camping moyen et cher, places pour les cyclistes petites  (33 € -prix « spécial Loire à Vélo » !!)


Dimanche 19 juillet

Saumur-Les Ponts de Cé (Angers) 52 km.

Le balisage est mal fait en sortie de Saumur / St Hilaire St Florent : il y a des panneaux « Loire à vélo », mais on ne sait dans quel sens les prendre ! On laisse tomber la partie de cache-cache et on suit la route. On retrouve l’itinéraire un peu plus loin, et on suit une petite route  (carte Huber fausse : ce n’est pas une voie verte), puis la route principale avec un semblant de bande cyclable  par endroits. Après St Rémy la Varenne, l’accès au pont est laborieux (pavés et détours).

A Saint Mathurin, nous préférons rester sur la route en bord de Loire que suivre l’itinéraire dans les champs de maïs. Il semble qu’une piste soit en construction, mais en contrebas, donc sans vue.

On retrouve le balisage après La Daguennière, sur la levée, avec des panneaux d’anthologie : c’est aux cyclistes de laisser de la place aux voitures !

Camping très bien (20,25 €)


Lundi 20 juillet

Visite d’Angers.


Mardi 21 juillet

Les Ponts de Cé-Ancenis 80 km.

Parcours agréable et varié. Passages plus mauvais autour de St Gemmes (on est passé par le village : très bien !), et à Bouchemaine (pas d’aménagement sur le pont très fréquenté, la carte Huber est fausse), et chemin dégradé ensuite .

Superbe aire de pique-nique près du pont de Chalonnes sur Loire (toilettes, abri, point d’eau), mais on traversera la route sans emprunter le passage sous le pont : il est étroit, en graviers, les barrières  sont pénalisantes pour des vélos chargés et la pente beaucoup trop forte (avec les graviers, patinage assuré !) pour remonter côté ouest du pont.

Camping moyen (22,50 €)


Mercredi 22 juillet

Ancenis-Nantes 42 km.

Routes correctes jusqu’à Oudon.  L’itinéraire reste ensuite sur la rive droite (carte Huber fausse) et le chemin se dégrade progressivement : d’abord revêtement stabilisé, puis cailloux et graviers, souvent étroit (moins d’un mètre, parfois moins de 0, 50 m.) avec quelques virages sans visibilité. Avec une remorque ou un vélo fragile, on évitera la section Oudon-Mauves en rive droite !

Après Mauves, c’est mieux mais moyen : revêtement dégradé, largeur parfois juste, barrières et blocs de béton pouvant gêner les remorques et tricycles, ralentisseurs « brutaux ».

A Nantes, beaucoup de bandes cyclables mais souvent trop étroites (moins d’un mètre) et jalonnement insuffisant.

Camping bien situé mais sanitaires vétustes et sales (4 étoiles !!)  (27,25 €)


Jeudi 23 juillet

Visite de Nantes.


Vendredi 24 juillet

Nantes-Saint Brévin 69 km.

Jalonnement incomplet, sortie de Nantes un peu laborieuse ? Ca va mieux après Indre (portion de chemin boueux).

Le bac du Pellerin accepte les vélos, mais  ils doivent s’y faire tout petit pour laisser le plus de place possible aux voitures (« Mettez-vous sur le bord ! Vous gênez ! »). Petite section de chemin boueux au Pellerin. Petite route correcte après La Martinière.

Plus de camping à Paimboeuf.

On quitte l’itinéraire pour rejoindre Saint Brévin sans musarder dans les champs.

Camping du Mindin bien mais cher (33,75 €)


Samedi 25 juillet

Saint-Brévin-Le Croisic 58 km.

Nous avons décidé d’aller au-delà de « La Loire à vélo » qui s’arrête à  St Brévin pour longer un peu la mer et trouver une gare.

La traversée du pont de St Nazaire n’est pas très agréable mais assez rapide.

Ensuite, on délaisse les panneaux « Vélocéan » qui nous invitent à laisser la mer aux voitures pour nous envoyer dans l’intérieur, et nous suivons la mer au plus près.

Après un coucou à Monsieur Hulot sur la plage de St Marc sur Mer, nous trouvons  des aménagements cyclables très corrects : beau contresens cyclable à Pornichet, et bandes confortables à La Baule.

Camping du Paradis très bien (30,10 €)




Photos à venir...